Le vélo qui fait voyager

samedi 29 août 2015

(Zythocyclade 01/12 - Brasseries Cazeau, Brunehaut, Steph' et du Pavé ) Des deux côtés de la frontière

Nous étions à peine rentrés que les jambes frétillaient déjà. On voulait prolonger l'aventure par une longue rando à tandem. Mais on n'aime pas faire du vélo pour le vélo. Il nous faut un but comme lorsqu'on allait chercher de la Westvleteren à l'abbaye. Alors on a repris l'idée de dodéc'houblax d'un autre vadrouilleur amateur de bière.

Qu'est-ce que c'est que donc que ça?

Le mot se compose de "dodeca" signifiant 12 en grec, de "houbon" qui est l'un des principaux ingrédients de la bière et de "audax" qui est un type de randonnée à vélo longue distance.
Un dodéc'houblax, c'est donc faire une rando à vélo par mois pour aller visiter au moins une brasserie différente à chaque fois pendant un an.

(Depuis, j'appelle ça une zythocyclade mais enfin bon,) nous voici partis pour notre premier dodéc'houblax. Pour respecter l'esprit audax, nous sommes tout de suite audacieux: nous choisissons de passer par 4 brasseries ! On ne va pas se priver puisqu'une quarantaine de brasseurs sévissent dans la région sans compter ceux de la Belgique toute proche.

Nous choisissons de passer par les brasseries de Cazeau et de Steph' car nous ne les connaissons pas, tout simplement. Mais nous sélectionnons aussi deux brasseries qui ont un lien plus étroit avec le vélo. D'abord la brasserie de Brunehaut car, en plus de brasser leurs propres bières, ils brassent aussi la Malteni, bière bien connue des cyclistes lillois.

Et enfin la brasserie du Pavé dont le nom évoque l'enfer du Nord !


Nous quittons Lille par le Parc du Héron pour nous rendre à la petite brasserie de Cazeau qui se trouve juste après la frontière. C'est une brasserie familiale qui existe depuis 1753 mais qui a repris la production en 2004 après 35 ans d'interruption. Ils brassent notamment la Tournay. Nous sommes reçus par un ouvrier sympathique qui parle bien de ses bières mais qui ne nous en fait pas goûter. Qu'à cela ne tienne, il nous a mis l'eau à la bouche et nous lui achetons entre autres une saison Cazeau au sureau. Nous ne l'avons pas encore bue mais le patron de la brasserie de Brunehaut nous a confié qu'il l'appréciait.

Nous repartons en traversant les petits villages du Hainaut belge et nous passons devant moult fermes carrées typiques de la région comme la ferme-château de Bettignies qui daterait du VIIIe siècle et d'où partirait un tunnel reliant un château des environs.

Ferme fortifiée de Bettignies

Pour nous restaurer, nous nous arrêtons au café du Galibier à Rumes où nous rencontrons de joyeux personnages hauts en couleur. Malheureusement le tenancier n'a plus de croque mais il nous dégotte de quoi se faire des tartines à la bonne franquette dans son frigo.

Nous sommes prêts pour visiter la brasserie suivante. Les routes sont calmes et agréables. En chemin, nous découvrons le village-pépinière de Lesdain puis nous arrivons à la brasserie de Brunehaut où nous sommes accueillis par le propriétaire Marc-Antoine De Mees lui-même.


Il a repris la brasserie en 2008. C'est une brasserie de taille raisonnable mais c'est déjà une vraie petite usine. A part le houblon bio qui vient d'Allemagne et le maltage qu'il confie à des entreprises locales, tout est fait sur place. Il produit même son propre orge bio. Il emploie 6 personnes et brasse l'Abbaye de St Martin et la Brunehaut. Cette dernière a la particularité d'être sans gluten. Il a trouvé un procédé qui permet de précipiter le gluten et de le filtrer mécaniquement et non de casser les enzymes chimiquement. C'est pour cette raison qu'elle garde un authentique caractère de bière belge.

L'église de Rougy, présente sur les étiquettes de Brunehaut

On termine la visite en dégustant une bière aromatisée à la fraise, fruit emblématique des pépinières de Lesdain, et une Brunehaut triple dont la mousse est onctueuse.

Nous ne pourrons malheureusement pas goûter sa dernière création en date, la Hoppybrett 8°, qui a encore besoin d'un mois de repos en chambre chaude pour refermenter. C'est une bière spécialement créée pour fêter les 125 ans de la brasserie avec une levure de type gueuze. On sent qu'il aime bien expérimenter et il nous explique que c'est d'ailleurs assez risqué car si les cuves ne sont pas bien nettoyées et qu'il reste une trace infinitésimale de cette levure, elle pourrait contaminer toute la brasserie.

Il est 14h30, il est temps de rejoindre la brasserie suivante qui ouvre à 15h et qui ne se trouve qu'à une dizaine de kilomètres de là. Sans s'en apercevoir, on bascule à nouveau du côté français et on arrive à Rosult où l'on est reçu par Stéphane, le patron de la brasserie du Steph'.

Nous goûtons deux de ses bières, une blanche brassée avec une épice secrète (nous on a trouvé!) et une blonde assez houblonnée, médaillée d'or à la foire au fromage de La Capelle en Thiérache (ça me rappelle des souvenirs!)


C'est ici que Clément, rapide comme un TGV, nous rejoint et nous nous dirigeons ensemble vers la dernière brasserie de la rando qui se trouve dans un joli corps de ferme. Malheureusement, Dominique, le brasseur, n'est pas là, c'est son beau-fils qui tient la boutique pour lui. Nous n'aurons pas beaucoup d'explications sur les bières mais nous pourrons en déguster quelques unes. D'ailleurs on commence à se dire que 4 brasseries, c'était peut-être trop audacieux d'autant plus que, cette dernière portant bien son nom, nous nous voyons obligés d'emprunter 3-4 kilomètres de pavés pour rentrer chez nous!


Nous les abordons avec précautions pour ne pas trop secouer les bouteilles et, malgré les cahots et les soubresauts et les secousses et les heurts et chocs, elles résistent bien et ne demandent plus maintenant qu'à se reposer avant qu'on puisse les déguster.



Nous avons fait de très belles découvertes et nous avons rapporté 15kgs de bières. Ce fut donc une très bonne première édition !




Voir en plein écran

4 commentaires:

  1. Bien joué jeune padawan !
    Remettre ça encore 11 fois tu dois.

    RépondreSupprimer
  2. Merci, maître Yodax !
    Bruno, je te mets une Brunehaut de côté !

    RépondreSupprimer

Laissez une rustine !